Chronique
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin
Dans les coulisses du concert  -  par Anne_Seene

UTTWHrk001.jpgBackstage interview

En direct des coulisses du concert, notre reporter a recueilli les propos de M. LUCK, Président de l'Harmonie municipale de Bouxwiller et de M. ACKERMANN, Responsable Pédagogique de l'Ecole Intercommunale de Musique du Pays de Hanau et Responsable du site de Bouxwiller

Interview express Monsieur Frédéric LUCK, 

Président de l’Harmonie Municipale de Bouxwiller

Vous avez accepté de prendre la Présidence de la Musique Municipale  de Bouxwiller, peut-on vous demander votre âge ?

J’ai 26 ans.

Vos assumez votre fonction avec aisance et assurance , était-il facile de prendre la décision ?

Avant de prendre ma décision de me présenter en tant que Président j’ai longuement réfléchi mais je suis très attaché à la vie associative et surtout dans le domaine de la musique.

J’ai ainsi d’abord intégré le Comité pendant trois ans en tant que Secrétaire afin de me faire une « image » des responsabilités du Comité et de la Direction. Et comme le poste de Président était  pourvoir, je me suis présenté.

Pouvez-vous résumer l’emploi du temps d’un  Président comme vous ?

J’organise avec le Directeur le programme des répétitions et des concerts à donner, je contacte par mail tous les membres de l’Harmonie et les tiens au courant de l’organisation des manifestations.

J’organise également le bon déroulement de nos séances de travail avant les grands concerts et j’essaie de rester à l’écoute de tous les musiciens.

D’où nous viennent tous ces musiciens ?

Nos musiciens et musiciennes viennent essentiellement de Bouxwiller et des autres villages alentours du Pays de Hanau.

Rassembler plusieurs  générations de musiciens ne doit pas toujours être facile, mais justement, ce fait n’est-il pas une vraie richesse ?

Je pense que le fait de rassembler plusieurs générations est un plus pour un orchestre ; les plus âgés peuvent transmettre leur savoir, et les plus jeunes ne peuvent donner que de la joie à leurs aînés en leur démontrant la passion qu’ils ont pour la musique.

A votre avis, quel est le secret de la réussite ?

Une bonne réussite n’est due qu’à une entente parfaite entre les membres, avec un contact amical et un respect entre les différentes générations.

Interview de Monsieur André ACKERMANN

Directeur de l’Harmonie Municipale de Bouxwiller, 
Directeur Pédagogique de l’Ecole Intercommunale de Musique du Pays de Hanau et Responsable du site de Bouxwiller

Depuis combien de temps dirigez-vous cet ensemble ?

Je le dirige depuis 29 ans.

Comment arrive -t-on à mobiliser sur un aussi long terme ?

Il faut d’abord se mobiliser soi-même pour espérer mobiliser un groupe de personnes.

Il est indispensable d’avoir des convictions très profondes, une ténacité à toute épreuve, avoir un projet à long terme et s’entourer de personnes qui partagent ces valeurs.

Tout seul, on ne peut rien faire. Dès le début, des personnes dévouées m’ont aidé dans ma mission : bénévoles, musiciens « anciens », professeurs de l’école de musique, élus…

Toutes ces personnes ont œuvré pour le bien commun, qui doit toujours primer sur l’intérêt personnel.

Il faut toujours avoir un noyau de musiciens fidèles qui servent d’exemple aux plus jeunes. Ainsi, la transmission se fait naturellement.

Vous rassemblez des musiciens de plusieurs générations, si je puis dire, vous devez y être pour quelque chose ?

Mon expérience dans l’enseignement musical auprès d’élèves à partir de 3 ans jusqu’aux adultes y est pour quelque chose dans la réussite de ce mélange de générations, mais c’est avant tout grâce aux qualités humaines et musicales des musiciens que cela devient possible.

Les jeunes ne sont pas en reste, et régulièrement la classe d’orchestre épaule et renouvelle votre formation. Cela se fait-il naturellement ?

Le renouvellement de l’effectif est très important. Sans lui, l’orchestre n’existerait plus.

C’est pourquoi j’ai toujours privilégié le lien entre l’école de musique et l’Harmonie.

Ensuite, il faut que les jeunes aient envie de venir, donc que l’orchestre se montre sous un jour attrayant pour convaincre les élèves et leurs parents.

Cela passe par une exigence de qualité musicale, un enthousiasme contagieux, et un esprit ouvert de la part des anciens, ce qui est le cas dans notre orchestre.

Encore une fois, c’est l’affaire de tout le groupe.

Votre bonne humeur, on la sent  sincère. Vous vous éclatez dans ce milieu ?

Je ne rigole pas tous les jours, car dans mon travail, je me heurte à des obstacles coriaces : incompréhension, inculture, paresse, problèmes matériels, etc…
Mais j’ai aussi beaucoup de satisfactions, surtout parce que je fais ce que j’aime et ce en quoi je crois.

La Musique demande beaucoup d’efforts, mais j’appelle cela « l’effort souriant ».
Cela fait du bien, et le plaisir est toujours au rendez-vous.

Je parle du vrai plaisir, celui que l’on partage avec les autres.

Ce plaisir est sans fin, car j’apprends tous les jours, je travaille mon instrument,  je découvre sans cesse de nouveaux trésors que je partage ensuite.

Selon la formule consacrée, est-il vrai que la Musique adoucit les mœurs ?

Bien sûr que la Musique adoucit les mœurs. A condition qu’elle ne soit pas détournée de son essence première en devenant outil de propagande (Hitler a ainsi utilisé la musique de Wagner pour étayer ses thèses délirantes) ou simple objet de commerce et d’abrutissement collectif.

Pour moi, la Musique est une espèce de mer intérieure qui fait du bien au corps, à l’intelligence, à l’esprit, à l’âme. Si elle est vécue avec sincérité, elle apaise  les sentiments négatifs qui nous rongent et éveille ce qu’il y a de meilleur en nous.

Publié le 30/12/2014 09:46  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Mélodies d’avent et d’aujourd’hui  -  par Francoise

12concertAvent.jpgMélodies d’avent et d’aujourd’hui

La musique municipale de Bouxwiller a donné son premier concert d’hiver, dimanche 7 décembre à Uttwiller, avec un programme alliant les airs traditionnels et les arrangements modernes.

180 personnes ont convergé vers l’église d’Uttwiller, dimanche, pour écouter la première salve de la musique municipale de Bouxwiller, en cette saison 2014-2015.

Quelques mois après la rentrée, malgré peu de répétitions, les 45 musiciens dirigés par André Ackermann ont su présenter un programme d’hiver divertissant, bien équilibré et surtout maîtrisé. Il faut dire qu’après trente ans d’existence (le premier concert de printemps a été donné en 1985), l’orchestre dispose d’une assise stable de musiciens.

Le petit creux ressenti au cours des dernières années, avec de départ d’une vague de jeunes instrumentistes formés par l’école intercommunale, est désormais comblé avec l’arrivée d’une nouvelle génération, que le public a pu découvrir dimanche soir.

Applaudissements nourris

Les premières notes du concert ont été celles d’un choral d’avent très mélodieux, signé Jacob de Haan, compositeur spécialiste de la musique d’harmonie. De quoi plonger directement dans une atmosphère de Noël. D’autant plus que la deuxième pièce, Valerius Variations du britannique Philipp Sparke, était un arrangement de thèmes de la Renaissance, tout aussi empreints de spiritualité. Le public a redressé les oreilles avec la troisième partition, une Toccata Festiva pétulante signée Van der Roost.

La deuxième partie a débuté avec la démonstration des enfants de la classe d’orchestre de l’école de musique intercommunale, qui a notamment exécuté une Ouverture dorienne composée par le directeur André Ackermann.

Les « grands » sont revenus avec une seconde moitié de programme marquée par la contemplation et le voyage musical. Les pièces Arizona (Cesarini) et Dogon (Houben) ont, respectivement, évoqué les grands paysages de l’Amérique du Nord et du Mali.

Après les applaudissements nourris des spectateurs, l’orchestre a salué son public en lui offrant, comme un cadeau de Noël, un bis entièrement chanté, à la manière d’une chorale. Ceux qui ont raté l’événement peuvent se rattraper samedi soir à Bouxwiller.

DNA, 11/12/2014

Publié le 11/12/2014 20:31  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Journée de travail pour les conseillers  -  par Francoise

Une séance de travail particulière du Conseil Municipal

Le samedi 18 octobre 2014, les conseillers municipaux se sont réunis pour une séance quelque peu particulière,

....voir la vidéo de cette séance

Publié le 03/11/2014 19:41  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Aline et Steeve  -  par Francoise

Hoff-Schlemmer-mariage.jpgAline et Steeve

Le 12 juillet 2014, Aline Hoff, professeur de écoles, et Steeve Schlemmer, dessinateur d'études, ont échangé leur consentement devant le Maire d'Uttwiller.

Le jeune couple a élu domicile à Erckartswiller.

Publié le 28/10/2014 09:12  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Temoko et Pierrick  -  par Francoise

Temoko et Pierrick

Le samedi 2 août, Pierrick Koenig, gendarme, et Temoko Voirin, originaire de Papeete, ont uni leurs destinées. C’est en mairie d’Uttwiller que le maire Roland Koenig, père du marié, a recueilli avec une grande émotion le consentement mutuel des deux époux. Le jeune couple s’est établi à Audun-le-Tiche.

Publié le 25/10/2014 09:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
Un baptême républicain à Uttwiller  -  par Francoise

022-05baptemerep.jpgBaptême républicain à Uttwiller

Le premier juin dernier, après la célébration du  baptême religieux en la paroisse d'Uttwiller, le maire Roland Koenig a eu la joie de présider au baptême républicain de sa petite fille Méline, Temanu Bergmann.

La cérémonie a eu lieu en la mairie d'Uttwiller en présence de la famille, parrains, marraines et amis.

Le baptême républicain est destiné à faire entrer un enfant dans la communauté républicaine et à le faire adhérer de manière symbolique aux valeurs de la république.

Tout comme le baptême religieux, le baptême civil ou parrainage civil n'a aucune valeur légale. Il engendre seulement un engagement moral de la part du parrain et de la marraine vis à vis de leur filleul.

En cas de décès des parents la loi ne prévoit aucun statut particulier pour le parrain et la marraine. 

La pratique du baptême républicain remonte à l'époque de la séparation de l'église et de l'état, c'est à dire à la révolution française.

C'est un décret du 20 prairial an II, 8juin 1794, qui l'a institué pour fêter l'entrée d'un enfant dans la communauté républicaine 

Après être tombé en désuétude pendant plus d'un siècle, le baptême républicain connait en France un engouement croissant depuis quelques années. Il est de nos jours, plutôt apprécié comme un complément ou une alternative au baptême religieux. Il s'agit d'une démarche personnel des parents, parrains et marraines qui s'engagent à développer en leur enfant les qualités morales humaines et civiques indispensables, afin qu'il soit à sa majorité un citoyen dévoué au bien public et animé des sentiments de fraternité, de compréhension et de solidarité à l'égard de ses semblables.

Publié le 25/10/2014 09:14  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 ] SuivantFin
Rubriques
Derniers billets
Archives
11-2021 Décembre 2021 01-2022
L M M J V S D
    01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31